mercredi 24 mai 2017

Ecriture, cappuccino et brainstorming

Holà tout le monde! Avec le projet Ulule de lancé, je me suis dit que ce serait sympa de revenir avec vous sur nos 6 années d'écriture. Emplies de doutes, de joies, de fous rires. Parlons peu, parlons bien, parlons bouquin donc!

Puisque tout se chiffre de nos jours, l'aventure Chasseuse d'Âmes, c'est donc:


- 2 esprits rocambolesques qui tentent en vain de ne former qu'un seul cerveau
- Au moins deux-cent fous rires sur des idées loufoques qui n'apparaîtront pas dans le roman, parce qu'on essaye encore de se persuader qu'on est saines d'esprit.
- Environ 6000 litres de Cappuccino pour rester éveillées (c'est le prix à payer quand t'es productif de 1 à 2h du matin).
- 300 paquets de Pringles pour moi, 574 paquets de Chamallow pour Prÿscia (et j'exagère à peine).
- 250 fois les mots: "on est géniales" prononcés contre 1000 "on y arrivera jamais".
- Une bonne dizaine de bêta lecteurs hyper gentils (ou pas) pour nous soutenir et nous dire que c'est pas si mal en fait (le bêta lecteur y va toujours mollo sur les compliments).

Et bien d'autres choses encore mais vous savez aussi bien que moi que les listes, c'est hyper chiant.

Tout ça pour dire qu'on en a connu, des moments de doutes, des longues périodes de pages blanches sans inspiration aucune. Mais on a tenu bon, encore aujourd'hui je me demande comment.
C'est peut être ma leçon du jour, il n'y a pas de recette miracle pour aller au bout des ses projets, de ses rêves. A part peut-être, y croire juste un peu, savoir en rire, se remettre en question, mais savoir aussi rester soi-même.

Pour nous soutenir, vous pouvez participer en cliquant ici.

Restez positifs! 

Megära


jeudi 18 mai 2017

Nouvelles du front

Holà amigos!

Je sais ce que vous allez me dire, trois mois sans rien écrire et elle croit encore qu'on est amis? Elle rêve. 
Oui, elle rêve, elle est même sur un petit nuage depuis 24h. 
Depuis hier en effet, le projet Ulule qui permettra (peut-être) la parution de notre roman est enfin disponible!!! 
Depuis hier, j'actualise cette page toutes les demi-heures (sauf la nuit, faut pas déconner) et je pousse un cri de joie chaque fois que je vois un nouveau contributeur 

Alors voilà l'explication à ces trois mois d'absence, nous étions trop occupées par nos jobs respectifs et pendant nos jours de congés, nous débattions avec notre éditeur pour finaliser notre beau bébé. Entre la correction, l'écriture de la page des remerciements, la réalisation de la couverture, nous avons été débordées et n'avions plus de temps à consacrer à notre blog adoré. 

Mais je suis heureuse, aujourd'hui, de pouvoir vous présenter notre roman, dont voici le résumé: 

A Wënalmor les Âmes, entités immatérielles, ont pris le contrôle des hommes pour faire ressortir leur côté le plus sombre. Mais toute invasion a une fin et Aliénor Derin, Chasseuse, s'efforce de la précipiter. Elle doit mettre un terme à la tyrannie d'une des Âmes les plus puissantes, le Seigneur Valérios. Pour contrer les desseins des Chasseurs, les Gardiens dépêchent l'impétueux et brillant Aël Tieran pour en assurer la protection.
Mais voyager seul dans ce royaume n'est guère prudent. Ils ne se connaissent pas et tout les oppose, mais il devront pourtant parcourir des lieux où le danger est permanent et où la coopération est synonyme de survie.
Chasseur, Gardien, qui parviendra à ses fins ?


Nous avons encore jusqu'au 3 juillet pour réunir la somme nécessaire, et nous comptons sur vous, fans de la première heure et nouveaux venus, pour financer ce projet si l'histoire vous plait. Si vous êtes fans de fantasy, ou même si vous découvrez ce genre, nous espérons que notre plume saura vous mener sur des terres inexplorées.

Lien du projet

Merci à vous, encore et encore.

Avec toute notre amitié

Megära

mardi 14 mars 2017

Chronique du Mardi #21 : Calvin & Hobbes





En ce nouveau Mardi – et dire qu’ils s’enchainent tous si vite – je vais vous parler de la Bible. Non, attendez, de ma Bible. J’ai nommé l’incontournable Calvin & Hobbes.

S’il fallait résumer l’histoire de cette BD, je dirais qu’elle parle de la vie quotidienne d’un jeune garçon de six ans, Calvin, de ses aventures, de ses envies, ses bêtises et ses désillusions sur la race humaine - à commencer par ses parents. Péripéties dans lesquelles le suit son tigre en peluche Hobbes, qui prend vie quand Calvin lui parle.
Bien entendu, s’arrêter là serait entièrement et oh combien réducteur !
Calvin & Hobbes, c’est bien plus que cela.

Tout d’abord, c’est l’humour qui transparait des petites histoires qui s’enchainent au fil des pages, un humour décapant, parfois cynique, mais toujours hilarant.
Ensuite, l’imagination : débordante, riche, sans limite. Une imagination qui donne vie à la peluche tigre, qui provoque des voyages dans le temps et l’espace, qui crée des inventions sans précédents, innovantes et étranges.
Puis la sagesse et la philosophie, du haut de ses trois pommes, Calvin porte un regard réaliste et vrai sur le monde, la civilisation moderne. Un esprit critique qui ne fait pas écho à son âge, un point de vue d'adulte dans une imagination d'enfant...

Des personnages haut en couleurs se disputent l’affiche : la brute de l’école, la maitresse désespérée, la petite voisine victime des persécutions de Calvin mais pas toujours perdante à chaque fois, la baby-sitter…

« Les filles c’est comme les limaces. Elles doivent bien servir à quelque chose, mais à quoi ? »


Les aventures deviennent des références autant que les citations, je citerai Spiff le Spationaute, explorateur de l’espace ou encore le jeu le plus délirant et incompréhensible du monde : le CalvinBall. Une activité mélangeant croquet, baseball et autres courses en sac dont les règles changent au fur et à mesure de la partie. Et que dire des mythiques bonshommes de neige morbides !

« – Mauvaise nouvelle Maman, je viens de vendre mon âme au Diable.
– C’était pas fait ? »



Si mes instants BD étaient rythmés pendant mon enfance par Billy the Cat, Yakari, Le Collège Invisible, j’ai vite été conquise par Calvin & Hobbes. Le style, l’humour, l’écriture. Je suis toujours aussi fan aujourd’hui qu’aux premières heures. Pour moi, Bill Watterson, à travers ses personnages, est un génie éclairé.


« – Qu’est-ce que tu ferais si je te lançais cette bombe à eau, là, maintenant ?
– Imagine le pire, puis imagine quelque chose de cent fois pire.
– Tu me ferais ça ?
– Non, quelque chose de pire encore.
(…)
– Il a piqué ma curiosité. »



Vous savez quoi lire pour vos prochaines vacances !
Pryscia



mardi 14 février 2017

Chronique du Mardi #20 Spécial Saint Valentin : Cloud Atlas

Et nous revoilà! Après un mois d'absence, de torture mentale sur la correction de notre livre (mais c'est pour le bien de tous), de flemmingite aiguë et quelques bouleversements intra muros, je reprends la chronique que personne ne lit! Et puis, je ne pouvais pas laisser passer la Saint-Valentin sans vous parler d'un de mes films préférés. 

Cloud Atlas n'est pas une comédie romantique. Ce n'est pas un film qu'on regarde en amoureux avec une boite de chocolat. Ce n'est pas non plus un film qu'on peut regarder sans réfléchir. 
Non, Cloud Atlas, c'est un film poignant sur des destins croisés, sur des générations perdues et un futur étrange. Bien qu'il soit tiré du livre du même nom, je n'ai jamais eu le courage de me plonger dans l'ouvrage (comprenez plutôt que j'oublie de l'acheter quand je me rends chez mon libraire). 


Un bref synopsis du film : 

Adapté du roman éponyme de David Mitchell, Cloud Atlas conduit le spectateur à travers des lieux et des époques différentes, du Pacifique Sud au 19ème siècle jusqu'à un futur post-apocalyptioque. Six histoires composent le film et chacune de ces histoires est narrée par le protagoniste de la suivante. À travers une histoire qui se déroule sur cinq siècles dans plusieurs espaces- temps, des êtres se croisent et se retrouvent d’une vie à l’autre, naissant et renaissant successivement...Tandis que leurs décisions ont des conséquences sur leur parcours, dans le passé, le présent et l’avenir lointain, un tueur devient un héros et un seul acte de générosité suffit à entraîner des répercussions pendant plusieurs siècles et à provoquer une révolution.  Tout, absolument tout, est lié. Épopée ambitieuse, Cloud Atlas se déroule sur cinq siècles et s’interroge sur les questions existentielles qui ne cessent de hanter les hommes. Alternant entre action et scènes plus intimistes, il met en scène des êtres liés les uns aux autres comme un chapelet à travers le temps. il suggère ainsi que chaque individu a un cheminement personnel qui traverse les siècles. les âmes se réincarnent et renouvellent leurs liens entre elles à l’infini. les erreurs peuvent être corrigées... ou répétées. la liberté peut être gagnée ou perdue, mais elle est toujours l’objet d’une quête.et comme toujours, l’amour triomphe. (Première.fr)

Je regarde ce film tous les ans depuis sa sortie, et j'arrive toujours à lui trouver un sens différent à chaque visionnage. Certains personnages témoignent d'une telle force qu'il est difficile de ne pas s'identifier à eux. Artistes, navigateurs, chasseurs ou encore messie du futur, chacun d'entre-eux tentent de nous faire passer un message de tolérance, d'amour et de bonheur. 

Alors n'ayez pas peur des 2h30 de film, courrez l'acheter et ce soir, au lieu de regarder une énième fois Love Actually (qui est quand même très bien) ou de vous asseoir devant 50 nuances plus sombres au ciné, essayez Cloud Atlas. Si si. Je vous assure. 

Et pour finir, je vous laisse avec une composition magnifique, tirée du film. 

Et puis comme c'est la Saint-Valentin, que vous soyez célibataire ou non, n'oubliez pas de vous aimer vous-même! 

With Love

Megära


mercredi 18 janvier 2017

Chronique du Mardi #19 : Les chroniques lunaires

Encore une chronique du mardi un mercredi... Je sais je suis indigne. 
Ce matin, laissez-moi vous parler d'une série de livres qui a bercé mes soirées Canariennes, j'ai nommé les œuvres de Marissa Meyer: les chroniques lunaires. 

Afficher l'image d'origine
Cette jeune auteure américaine joue avec les genres avec intelligence et style. Le premier tome raconte l'histoire de Cinder, jeune cyborg de la Communauté Orientale et mécanicienne de son état. Alors qu'elle rencontre le prince Kai, elle se retrouve empêtrée dans un tourbillon de problèmes qu'elle n'aurait pas soupçonné. Entre l'épidémie qui frappe la Terre, l'invasion imminente des Lunaires et sa belle-mère qui lui mène la vie dure, Cinder doit faire preuve d'une force surhumaine pour trouver une solution, et surtout, sauver le prince des griffes de la reine lunaire, Levana. 

Un savant mélange de dystopie, de Science-Fiction, de fantastique, sans parler d'une touche de conte de fées! Les chroniques lunaires reprennent, pour chacun des tomes, l'histoire de Cendrillon, le Petit Chaperon Rouge, Raiponce et Blanche-Neige. Des adaptations très libres mais éclatant de vérité et de peps. Ce faisant, Marissa Meyer donne une vie nouvelle aux contes de notre enfance, un second souffle qui nous rend addictif. J'ai dévoré les quatre tomes de bout en bout, surprise par la force de l'héroïne de l'histoire et fascinée par la construction de l'histoire qui se joue sous nos yeux. 

Je ne vous dit rien de plus concernant ces romans, à part qu'il faut les lire, les dévorer, en profiter! 

Alors profitez-en! 

Megära